Installation du pack Office 2010 sous CentOS 6.3 via PlayOnLinux (Wine)

Le présent tutoriel permet d’installer le pack Office 2010 sur une CentOS 6.3. Il est très fortement inspiré des pages web suivantes :
http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2013/03/26/Installer-Office-2010-sous-Fedora/CentOS
http://www.playonlinux.com/en/issue-1791.html

La très grande partie des fonctionnalités semble opérationnelle. La seule grosse exception a l’air d’être les fonctionnalités web dont l’usage fait quasi-systématiquement planter le logiciel en cours d’utilisation. Si vous avez absolument besoin de ce genre de fonctions, il est alors peut-être préférable de se pencher sur une solution à base de machine virtuelle Windows.

== Étape 1 : copie locale des fichiers d’installation ==
Insérer le CD d’Office 2010 et copier l’ensemble des fichiers qu’il contient vers un dossier créé pour l’occasion sur l’ordinateur cible. Cette étape est nécessaire afin de pouvoir modifier un fichier de configuration de l’installation, comme nous le verrons plus loin.

== Étape 2 : installation de PlayOnLinux ==
Afin de faire fonctionner sur un système GNU/Linux un logiciel prévu pour Windows, une procédure usuelle est d’utiliser le logiciel Wine. Afin d’en simplifier l’usage, nous allons avoir recours à une surcouche nommée PlayOnLinux (à la base prévue pour installer facilement des jeux vidéo). Il faut donc installer PlayOnLinux sur notre CentOS (Wine sera installé en tant que dépendance, donc nous n’avons pas à nous en préoccuper). Pour cela, exécuter dans un terminal les commandes suivantes :

# yum install http://rpm.playonlinux.com/playonlinux-yum-4-1.noarch.rpm

# yum install playonlinux

(je ne suis pas sûr que cette dernière ligne soit très utile : un habitué des distributions RPM pour confirmer ou infirmer ?)

Si l’on souhaite à tout prix bénéficier de la dernière version de PlayOnLinux, il est possible de remplacer l’URL de la première ligne de commande par http://rpm.playonlinux.com/fedora/yum/base/PlayOnLinux_x.y.z.rpm . À la date de rédaction de ce tutoriel (avril 2013), la dernière version est x.y.z = 4.2.1

== Étape 3 : configuration de l’installation ==
Pour une raison obscure, il n’est pas possible d’activer Office après l’installation (le formulaire pour rentrer la clef d’activation reste inactif). Pour contourner ce problème, nous allons recourir à une installation qui s’inspire des déploiements à grande échelle.

Dans le dossier d’installation préalablement copié sur la machine locale, nous ajoutons les lignes suivantes au fichier StandardWW/config.xml (entre les balises <Configuration ***> *** <\Configuration>) :

<Display Level= »none » CompletionNotice= »no » SuppressModal= »yes » AcceptEula= »yes » />

<PIDKEY Value= »xxxxx-xxxxx-xxxxx-xxxxx-xxxxx » />

<Setting Id= »AUTO_ACTIVATE » Value= »1″/>

Il faut bien penser à remplacer xxxxx-xxxxx-xxxxx-xxxxx-xxxxx par la clef de licence valide (en laissant les guillemets). Pensez à enregistrer les modifications avant de passer à la suite.

== Étape 4 : installation d’Office 2010 ==
Il s’agit désormais de lancer PlayOnLinux (par exemple via l’entrée adéquate du menu, a priori Applications => Jeux). Naviguez dans les menus : Installer => Bureautique => Microsoft Office 2010 (ne rien décocher). Sélectionnez la méthode d’installation « Choisir un fichier d’installation sur mon ordinateur » et lui indiquer l’emplacement de l’exécutable d’installation  setup.exe .

Il n’y a alors plus qu’à suivre la procédure d’installation qui s’affiche à l’écran. Il se peut notamment que PlayOnLinux demande s’il doit installer les polices Microsoft manquantes, ce à quoi il est conseillé de répondre par l’affirmative. De même en ce qui concerne Mono. Lorsque l’installateur demande quels composants d’Office installer, il est possible d’avoir recours à une installation personnalisée ou bien simplement de laisser le choix par défaut, quitte dans ce dernier cas à désinstaller ensuite sous PlayOnLinux les logiciels installés en trop (ce qui prend 2 clics).

Une fois que l’installateur a fini, c’est bon : Office est installé et activé sur votre machine. Il est alors possible de supprimer le dossier d’installation que vous aviez copié (il est toutefois conseillé de vérifier que les logiciels sont bien installés, fonctionnels et activés avant de supprimer ce dossier).

== Étape 5 : éléments cosmétiques ==
A priori, des icônes ont été déposées sur le bureau (en tout cas sous Gnome 2) pour les différents logiciels installés. Par ailleurs, des entrées ont été créées dans le menu Applications => Wine => etc. .

Il est possible d’affiner ces entrées pour les mettre dans Applications => Bureautique (par exemple) et d’associer ces logiciels aux formats différents Microsoft (.docx, .xslx, etc.). Pour ce faire (d’après les recommandations de Freedesktop.org https://developer.gnome.org/integration-guide/stable/desktop-files.html.en), il faut créer dans le dossier /usr/share/applications (pour rendre accessibles à tous les utilisateurs les fichiers décrits par la suite, mais ceci nécessite du coup les droits root pour éditer les fichiers) ou bien dans le dossier ~/.local/share/applications (les fichiers seront alors visibles par uniquement par vous-même et ne nécessiteront pas les droits d’administrateur pour être modifiés) les fichiers présentés ci-dessous. Pensez à remplacer « {login} » par le nom de votre compte utilisateur. Il est par ailleurs possible de modifier les icônes utilisées, voire de les déplacer ailleurs que sur votre compte utilisateur afin qu’elle soient accessibles à l’ensemble des utilisateurs.

=== Pour Word ===
[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=Microsoft Word 2010
Comment=PlayOnLinux
Type=Application
Exec=/usr/share/playonlinux/playonlinux –run « Microsoft Word 2010 » %F
Icon=/home/{login}/.PlayOnLinux//icones/full_size/Microsoft Word 2010
Name[fr_FR]=Microsoft Word 2010
StartupWMClass=WINWORD.EXE
Categories=Office;X-Red-Hat-Base;X-SuSE-Core-Office;X-MandrivaLinux-Office-Wordprocessors;
MimeType=application/msword;application/vnd.ms-word;application/x-doc;application/x-hwp;application/rtf;text/rtf;application/vnd.wordperfect;application/wordperfect;application/vnd.lotus-wordpro;application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.document;application/vnd.ms-word.document.macroenabled.12;application/vnd.openxmlformats-officedocument.wordprocessingml.template;application/vnd.ms-word.template.macroenabled.12;

=== Pour Excel ===
[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=Microsoft Excel 2010
Comment=PlayOnLinux
Type=Application
Exec=/usr/share/playonlinux/playonlinux –run « Microsoft Excel 2010 » %F
Icon=/home/{login}/.PlayOnLinux//icones/full_size/Microsoft Excel 2010
Name[fr_FR]=Microsoft Excel 2010
StartupWMClass=EXCEL.EXE
Categories=Office;X-Red-Hat-Base;X-SuSE-Core-Office;X-MandrivaLinux-Office-Wordprocessors;
MimeType=application/msexcel;application/vnd.ms-excel;application/vnd.openxmlformats-officedocument.spreadsheetml.sheet;application/vnd.ms-excel.sheet.macroenabled.12;application/vnd.openxmlformats-officedocument.spreadsheetml.template;application/vnd.ms-excel.template.macroenabled.12;application/vnd.ms-excel.sheet.binary.macroenabled.12;text/csv;application/x-dbf;text/spreadsheet;

=== Pour Powerpoint ===
[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=Microsoft Powerpoint 2010
Comment=PlayOnLinux
Type=Application
Exec=/usr/share/playonlinux/playonlinux –run « Microsoft Powerpoint 2010 » %F
Icon=/home/{login}/.PlayOnLinux//icones/full_size/Microsoft Powerpoint 2010
Name[fr_FR]=Microsoft Powerpoint 2010
StartupWMClass=POWERPNT.EXE
Categories=Office;X-Red-Hat-Base;X-SuSE-Core-Office;X-MandrivaLinux-Office-Presentations;
MimeType=application/mspowerpoint;application/vnd.ms-powerpoint;application/vnd.openxmlformats-officedocument.presentationml.presentation;application/vnd.ms-powerpoint.presentation.macroenabled.12;application/vnd.openxmlformats-officedocument.presentationml.template;application/vnd.ms-powerpoint.template.macroenabled.12;

=== Pour les autres logiciels du pack Office ===
Rien n’a été testé pour ces derniers, mais en s’inspirant des trois fichiers précédents, il ne devrait pas être trop difficile de parvenir à vos fins.

=== Remarque ===
Plutôt que de créer les fichiers .desktop, il est possible de déplacer ceux présents sur le bureau vers le bon emplacement et d’ensuite simplement les modifier avec n’importe quel éditeur de texte. Un exemple de commande pour déplacer ces fichiers est :

# mv /home/{login}/Bureau/Microsoft\ *.desktop /usr/share/applications/

où {login} est à remplacer par le nom de votre compte utilisateur (il ne devrait donc plus y avoir d’accolades à la fin).

Laisser un commentaire